Didier Bertin’s Letter to the President of the European Commission on the Old Vilnius Jewish Cemetery




Didier Bertin, president of the Association for the Promotion of a New Model of Human Rights and Duties, today sent this letter to the president of the European Commission, Jean-Claude Juncker. The text was released by the Association.

  • Monsieur Jean-Claude Juncker
  • Président de la Commission Européenne
  • president.juncker@ec.europa.eu
  • Rue de la Loi / Wetstraat 200 – 1049 Bruxelles – Belgique
  • Objet : Profanation du cimetière juif de Vilnius par les autorités lituaniennes utilisant pour cela des fonds de l’Union européenne.
  • 22 Août 2015

Monsieur le Président,

Je vous écris après que de nombreuses interventions aient été faites à un niveau en dessous du vôtre et qui ont échoué. Il s’agissait de protester contre la décision des autorités lituaniennes de vandaliser plus ancien cimetière juif de Vilnius (datant du XVème siècle) et d’humilier ainsi les milliers des Juifs qui y sont encore enterrés en construisant sur le cimetière lui-même un “Centre des Congrès”. Le financement de ce projet blasphématoire et illégal par des fonds structurels de l’Union Européenne est un facteur aggravant. Il serait pourtant si facile d’éviter cet acte barbare en construisant ce Centre des Congrès à un autre endroit de Vilnius.

Cet acte s’oppose en effet aux lois internationales garantissant le droit de reposer en paix, à l’article 18 de la Convention des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques, à la Chartre Européenne des Droits fondamentaux, et à l’interdiction de violer des sépultures selon les lois rabbiniques.

Le professeur Louis-Léon Christians de l’Université catholique de Louvain en Belgique a réalisé une excellente étude concernant l’obligation de préservation des cimetières juifs selon les Droit International.

En 2014, le Congrès américain a adopté une loi sur la protection des cimetières des minorités religieuses applicable à l’échelle internationale.

Un scandale international avait eu lieu lors de la construction de deux bâtiments de luxe (2005-2009) sur le bord du site du cimetière (alors que la construction du nouveau Centre des Congrès sera faite au centre du cimetière) à la suite duquel le Congrès des États-Unis a réagi en adoptant une résolution en 2008, condamnant “l’atteinte au cimetière juif historique de Vilnius”. Cet épisode a pris fin sur la base d’un “accord” disant que les bâtiments offensants ne seraient pas détruits mais qu’aucun autre bâtiment ne serait construit dans l’espace du cimetière juif.

Aujourd’hui, les autorités lituaniennes ont décidé de s’acharner et de ne plus respecter leur engagement de 2008 et commettront un blasphème encore plus grand pour le peuple juif en bâtissant un nouvel édifice au centre du cimetière et en impliquant la responsabilité de l’Union Européenne qui fournira une grande partie des moyens financiers.

Il est difficile de ne pas faire un lien avec l’antisémitisme profondément enraciné en Lituanie que nous avons dénoncé auprès de la Commission à maintes reprises sans être entendus. De nombreuses organisations juives et des dirigeants juifs et chrétiens ont protesté vigoureusement. Nous sommes confrontés dans ce cas à un vandalisme d’État et la petite communauté juive de Lituanie sous pression ne peut plus réagir de manière appropriée. Au lieu de protester cette fragile communauté a cédé la semaine dernière en licenciant son Grand Rabbin qui avait condamné la profanation du cimetière en se référant aux lois Juives comme sa fonction l’y obligeait. D’autres ont protesté aussi comme le Rabbin Chaim Burshtein un survivant de la Shoah, un pasteur chrétien, un urbaniste, et beaucoup d’autres.

Ce cimetière est le plus ancien et le plus grand à Vilnius (historiquement Vilna, connue depuis des siècles comme la «Jérusalem de Lituanie») ; il a été créé au XVe siècle et a été utilisé jusqu’à sa fermeture par les autorités tsaristes en 1831. Connu dans la tradition juive et locale comme le cimetière de Piramónt, le site se trouve aujourd’hui dans la banlieue de Šnipiškės près la rivière Neris. Dans les années 1945 à 1950, les autorités soviétiques ont détruit une partie du cimetière en pillant des pierres tombales pour les utiliser comme matériaux de construction. Les Soviétiques y ont construit le stade Žalgiris, puis en 1971 le Palais des Concerts et des Sports.

Au début de 2015, il est apparu qu’il y avait un plan pour construire un Centre des Congrès pour un coût de 22,8 millions d’euros au milieu du cimetière près du Palais des Sports soviétique qui est devenu une épave. Le Premier ministre a indiqué que cela pourrait être suivi par la construction d’un Parking et d’un Hôtel. La sonnette d’alarme a été tirée en Avril 2015, lorsque un groupe de rabbins de Londres (dont Wikileaks a révélé qu’ils avaient été payés), auraient accepté de superviser le plan de construction en violation des règles rabbiniques et du droit international. Le premier Ministre aurait reçu personnellement ce groupe de rabbins. Une semaine plus tard les détails du financement du projet ont été publiés comprenant treize millions d’euros de fonds structurels de l’Union européenne.

Cela a provoqué une vive émotion de dirigeants juifs et chrétiens à Vilnius, et dans le monde lorsque la profanation du cimetière par la construction du Centre des Congrès devenait réalité. Ainsi des activités les moins respectueuses pourront avoir lieu au dessus des restes de personnes enterrées ou à proximité de leurs tombes. Pour ces personnes qui ne reposeront plus en paix, leurs familles avaient pourtant payé des parcelles à perpétuité. Mais les descendants de ces personnes ne sont plus là pour défendre leur repos eternel notamment parce qu’ils ont été victimes de la Shoah.

Il avait été admis qu’aucun plan de construction ne serait plus jamais envisagé sur le sol des cimetières chrétiens lituaniens et la profanation du cimetière juif est donc un acte de discrimination.

Nous demandons à la Commission européenne de fermement exiger de la Lituanie que le Centre des Congrès soit construit sur un autre site de Vilnius et ainsi ce Centre pourra être une source de fierté et non pas de honte.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération respectueuse.

 

  • Didier BERTIN
  • Président de l’Association pour un nouveau modèle des Droits et Devoirs de l’Homme
  • Éditeur du site : www.judaism-geopolitics-economics.info

 

This entry was posted in Appeals to the European Commission on Piramónt, Cemeteries and Mass Graves, Didier Bertin, France, Human Rights, News & Views, Old Vilna Jewish Cemetery at Piramónt (in Šnipiškės / Shnípishok). Bookmark the permalink.
Return to Top

Comments are closed.